Prisonnier

Engagé comme simple soldat pour défendre la jeune République contre la Prusse, Elisée Reclus est fait prisonnier le 4 avril 1871 lors de la sortie de Châtillon (1500 hommes furent fait prisonniers). Interné d'abord à Satory, puis sur un ponton, il est condamné le 15 novembre 1871 à la déportation en Nouvelle-Calédonie pour avoir participé à la Commune de Paris.

Cage de déportés
Dictionnaire de la Commune

Déportation : peine politique afflictive et infamante qui constitue dans le transport définitif du condamné hors du territoire continental. 
Exil : expulsion d'une personne hors de sa patrie, avec défense d'y revenir.
Prison : lieu de détention.

De nombreux savants européens signent une pétition en sa faveur, mais celle-ci n'est pas prise en compte. Pendant près d'un an, Elisée Reclus fut détenu à Quélern, près de Brest, dans des conditions souvent atroces. Lors de sa détention, il instruisit les détenus qui l'entouraient. Il connut d'autres lieux d'internement et finit par atterrir à Sainte Pélagie.Grâce à une seconde pétition de savants anglo-saxons, sa peine est commuée le 3 février 1872, en 10 ans de bannissement.

Sainte Pélagie : ancienne prison de Paris. D'abord fondée pour les "filles repenties" (1662) elle devint maison d'arrêt en 1790, puis prison départementale en 1811, et fut démolie en 1895.
Satory : camp militaire du sud-ouest de Versailles.