Propagandiste 

Le rôle essentiel d’Elisée Reclus est celui de propagandiste. C'est par sa correspondance, ses conférences, ses articles, ses brochures et ses livres qu'il pratique sa "militance" anarchiste.
En 1851, lors du coup d'Etat du futur Napoléon III, il essaie à Orthez, avec son frère Elie, d'organiser une résistance qui se solde par l'échec et l'
exil. En 1864, inspiré par l'esprit mutualiste de Bakounine, il crée avec Elie une banque ouvrière, le Crédit au Travail, mettant ainsi en œuvre son sens de la solidarité effective. En 1867, il entre dans la Ligue de la Paix et de la Liberté à la suite d'un congrès à Genève, puis Elisée et ses amis se séparent de la Ligue au cours du second congrès à Berne.
En 1872, après que sa condamnation à la déportation, pour avoir participé à la
Commune de Paris, fut commuée en bannissement, Elisée arrive en Suisse. Il y restera 18 années au cours desquelles il affirmera haut et fort son anarchie et écrira l'essentiel de son œuvre maîtresse, "La Nouvelle Géographique Universelle". Il adhère à la Fédération Jurassienne où il retrouve Bakounine et où il fait la rencontre de Kropotkine. Il devient le "membre central" de cette fédération.
En 1875 - 1876 il parle dans des meetings à Neuchâtel, à Berne, à Saint-Imier, à Lausanne. C'est véritablement à cette période que l'on peut fixer la date de naissance de l'
Anarchisme actuel. Le terme de "propagande par le fait" date de cette année-là : il recouvre grèves sauvages, manifestations non-autorisées et peu pacifiques et tentatives en tout genre.