Refus des lois (Fin)

Reclus reste lucide, ce qui ne l'empêche jamais d'être joyeux. Lorsqu'il écrit par exemple qu il ne peut y avoir de la moralité dans l'obéissance de lois incomprises : "Il n'y a de morale que dans la liberté. C'est aussi par la liberté seule que le renouvellement reste possible [...]. Isolés, nous ne pouvons rien, tandis que par l'union intime nous pouvons transformer le monde [...]. Les haines religieuses et nationales ne peuvent nous séparer, puisque l'étude de la nature est notre seule religion."
En conclusion, Reclus affirmera : "Tant que l'iniquité durera, nous anarchistes communistes internationaux, nous resterons en état de révolution permanente."
Son bon sens est basé sur des connaissances vérifiables et vivantes. Selon lui, si celles-ci sont réellement partagées de par le monde, la planète Terre sera protégée de l'ancienne folie des hommes : celle de l'irrespect de l'homme pour l'homme. Ainsi, sa bataille emblématique demeure la lutte contre la peine de mort.