Prison (1871-1872)

 

Reclus est resté prisonnier pendant une année, il est enfermé dans les wagons à bestiaux qui le transportèrent jusqu'à Brest :
"les excréments des malades se mêlaient à la boue de nos biscuits ; la folie s'empara de plusieurs d'entre nous : on se battait pour avoir un peu d'air, un peu de place ; plusieurs d'entre nous hallucinés, furieux, étaient autant de bêtes fauves." ( Elisée Reclus)

Le tribunal le condamne à la déportation en Nouvelle Calédonie, l'intervention de nombreux savants anglo-saxons permet de faire commuer sa peine en exil. Toute la famille s'inquiète.


Cour des détenus politiques
à la prison de Sainte Pélagie
Histoire de l'Anarchie (p 144)